Monstrueusement humain de Elodie Morgen

Monstrueusement humain de Elodie Morgen

16,00

En stock

(2 avis client)

Âmes sensibles s’abstenir.

Résumé :

Ma mère m’a dit un jour :
« Ne te fie pas aux apparences, les véritables monstres n’en portent pas l’habit. »
Prendre en compte cet avertissement m’aurait évité bien des misères.
À dix-neuf ans, la vie me laisse dans la bouche un goût amer que même le chocolat ne parvient pas à adoucir. Lorsqu’un article de journal me tombe littéralement dessus, dois-je y voir un signe de ce foutu destin ?
Une éclaircie à l’horizon ?

Ou simplement la promesse d’autres monstres ?

En stock

Catégorie :

Description

Monstrueusement humain  de Elodie Morgen.

Découvrez ce thriller penchant vers la fantaisie urbaine aux teintes sombres et dérangeantes !
Âmes sensibles s’abstenir*.

Résumé :

Ma mère m’a dit un jour :
« Ne te fie pas aux apparences, les véritables monstres n’en portent pas l’habit. »
Prendre en compte cet avertissement m’aurait évité bien des misères.
À dix-neuf ans, la vie me laisse dans la bouche un goût amer que même le chocolat ne parvient pas à adoucir. Lorsqu’un article de journal me tombe littéralement dessus, dois-je y voir un signe de ce foutu destin ?
Une éclaircie à l’horizon ?

Ou simplement la promesse d’autres monstres ?

 SORTIE LE 31 mai 2021

Collection Fantastique. Thriller Fantastique.
270 pages ; 21 x 14,8 cm ; broché.
ISBN : 978-2-492480-02-7
EAN : 9782492480027

Après votre lecture, n’hésitez pas à donner votre avis sur la boutique, les réseaux sociaux (Facebook, Instagram…etc). Merci d’avance 🙂

 

*Ce roman comporte des scènes de violences physiques, psychologiques et sexuelles.

Informations complémentaires

Poids 0.420 kg

2 avis pour Monstrueusement humain de Elodie Morgen

  1. Maritza

    Quel plaisir à dévorer cette histoire. La couverture attire l’oeil, intrigue peut-être un peu et nous plonge dans un endroit étrange et fascinant.
    Déjà ouaou. Cet ouvrage fut rassasiant ! Y a tous les ingrédients qu’il faut pour être propulsé dans un univers fantastique qui nous retourne parfois les tripes, et qui interroge.
    Nous faisons la connaissance de Lina, dont l’existence n’est pas joyeuse et qui fuit les violences. À la rue, elle apprend à survivre même s’il lui manque de l’argent. Tiens une petite annonce ? Sans le savoir, Lina fonce dans un piège.
    Enfermée avec Meng, cette petite Khmère de douze ans restant impassible et les autres, elle devra servir de cobaye ou de repas aux vampires. Vous avez dit vampires ? Ah voui, et tenez-vous bien, car l’histoire réserve des surprises et ce, jusqu’à la fin ! Magistrale et bien menée, par ailleurs.
    Certaines expériences ne reviennent pas, à se demander où elles sont passées ?
    Entre les mains de Michaël ce n’est pas la joie, plus qu’entre celles de Docteur Brainchips à moins que ce soit l’inverse ? Entre l’infirmier et le fou, y en a pas un mieux que l’autre. Comprendra qui lira. Boule à Z, balafré, nosferatu… Lina, réussira-t-elle à leur échapper ? Ne pensez pas que l’on restera sagement dans la « clinique », le Cambodge nous ouvre les bras.
    Dans cet ouvrage en 4 parties, j’ai ressenti beaucoup d’émotions. C’était juste, pas exagéré et très fluide. Le temps est passé très vite, les chapitres s’enchaînent bien et à part les reproches sur certaines construction similaires, c’est une lecture ultra-agréable.
    Côté univers, on a quelques éléments au fil de la lecture, même si côté vampire il faudra attendre Emeric pour que ce soit développé. C’est intrigant, souvent dérangeant et le livre brasse des thèmes sombres avec un point d’orgue posé au niveau psychologie, inconscient et puce neuronale sans vous spoiler.
    Attention, l’ouvrage contient un avertissement : « certains scènes peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes. Il y est notamment question de violences physiques et morales sur les enfants et les femmes. » Et j’ai trouvé ça bien et nécessaire car oui, c’est dur. Ce n’est pas tout beau tout rose bonbon…
    Côté histoire, sans trop vous en révéler, on suit les aventures de Lina, sa petite protégée Meng qui veut retrouver sa sœur au Cambodge, et on jette un regard sur Emeric, qui fera sûrement pâlir certains et certaines. Les descriptions sont un régal, encore plus quand il s’agit de suceurs de sangs… Pas de temps mort, un rythme bien maîtrisé jusqu’au final, grandiose. Est-ce que vous vous attendez à cette fin ? Je ne pense pas.
    Côté personnage, je me suis attachée évidemment à Lina, parce qu’elle en subit beaucoup, qu’elle se relève malgré les cauchemars incessants, qu’elle puise au fond d’elle la force de survivre (à moins qu’il faille résister ?). Meng, l’histoire avec sa sœur aussi, je me suis dit pourquoi pas. Les passages avec Emeric sont délicieux et offrent souvent un bol d’air.
    J’ai bien aimé, la plume, l’histoire, l’univers avec les thèmes qui sont brassés, les personnages profonds et très intéressants. L’incisif des dialogues et l’humour qui peut ressortir de certaines pensées de Lina sont un régal.
    J’ai moins aimé, les constructions similaires avec ce « je » successif et répété et parfois le trop plein de « ça ».
    Un dernier mot ? « Tant que les expériences sur un individu fonctionnent, nous n’avons pas besoin d’un autre. Un seul cobaye à la fois. »
    À lire !

  2. Anne Anjard

    👉 À tout juste 19 ans, Lina vit dans la rue depuis 3 ans déjà, depuis qu’elle a fugué pour échapper à la maltraitance. Même si elle l’a « choisie », la vie de SDF n’est pas plus sereine : la journée Lina doit voler pour se nourrir, la nuit elle doit se faire discrète pour ne pas attirer de vampire, et elle fuit en permanence la proximité des hommes.
    Lina tombe par hasard sur une annonce dans un journal : on recherche des volontaires pour effectuer des tests cliniques, contre rétribution. Lina y voit une chance de tourner le dos à sa misérable vie.
    .
    ⚠ « Âmes sensibles s’abstenir ». C’est une lecture (très) difficile par rapport aux thèmes abordés : maltraitance, alcoolisme, viol, tourisme sexuel, violence psychologique.
    ✍ Elodie Morgen Auteur dresse dans ce roman fantastique le tableau d’une humanité pervertie d’horreurs insoutenables, face à laquelle le vampirisme semble être une échappatoire, du moins un moindre mal. La violence de certaines scènes m’a fait grimacer – et l’hémoglobine versée se compte probablement en hectolitres –, mais les atrocités décrites nécessitent la cruauté des mots pour ne surtout pas être édulcorées.
    ☯ La psychologie des personnages évolue et s’affine au fil du roman. Si le Dr Brainchips est incontestablement détestable et Meng parfaitement adorable, les autres protagonistes tanguent entre le bien et le mal, et c’est là toute la subtilité de la plume de l’auteur : « le mal n’est pas toujours là où on l’attend ».
    👏 Mention spéciale pour la fin et pour l’épilogue : je n’ai vu venir ni l’un ni l’autre !
    .
    😉 Clin d’œil vampires : j’ai retrouvé dans certains passages de ce roman l’ambiance ambigüe et ambivalente du film « Entretien avec un vampire », que j’avais adoré.
    .
    🐼

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…